Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lac temporaire, Tournes et projet de débouchage...

Publié le par Fred

Du nouveau à la Ste Baume !!
Atteinte à l'environnement, modification du régime hydrologique

Débouchage de la Tourne !!
On dit dans le village que les autorités auraient  l'intention de "déboucher" la perte de la Grande Tourne !! Cela aurait même été annoncé en Conseil Municipal…


Alors, effet d’annonce ou vrai problème ? Les Tournes, bouchées ou pas bouchées ? Je réside au Plan d’Aups depuis toujours, et j’ai toujours vu le centre du plateau se remplir d’eau en à peu près 3 ou 4 jours de forte pluie et se vider en 3 ou 4 jours. Début janvier 2010 la Tourne s’est vidée en 3 jours…
Carte de position des Tournes :
Carte IGN tourne et lac


Mais d’abord, c’est quoi une tourne ? Le plateau compte en effet plusieurs pertes actives (Perte = Tourne). Dans le secteur qui nous concerne, elles sont aux nombre de cinq. Quatre d’entre elles se trouvent au milieu des champs cultivés par la famille Toulon, entre le quartier de la Magdala et l’Hôtellerie de la Ste Baume. La plus connue des quatre est la Grande Tourne. La cinquième se trouve à l’est du lotissement, à l’angle de l’Allée de Jas et du chemin de la Petite Tourne proche du ruisseau de la Mayre. Cette dernière, la Petite Tourne, n’a de petit que le nom, car en fait de toutes les Tournes c’est celle qui peu absorber le plus rapidement le surplus des eaux de pluie. Tout cet ensemble fait partie du Poljé du Plan d’Aups.
Polje-du-Plan-d-Aups-Plan-de-relation-copie-1.jpg
Plan solution 3 N°1
Dis Monsieur, c’est quoi le Poljé du Plan d’Aups ? Poljé est un terme géologique des régions karstiques qui désigne un bassin fermé qui peut se remplir d’eau. Le Poljé du Plan d’Aups est connu des géologues du monde entier et il sert d’exemple dans bon nombre de cours ou d’articles sur le sujet. La particularité du poljé du Plan d’Aups est d’être percé de plusieurs Tournes en son milieu. Les géologues appellent ce genre de relief un « Ponor », ou encore « Perte », ou une « Tourne » par chez nous. Un des plus grands poljés de France est situé sur la commune de Cuges-Les-Pins, juste au Sud de la Sainte Baume. Un autre très connu aussi : le double Poljé de Signes. (voir ci-dessus la carte du Poljé modifié d'après celle de J Majez)
Topographie de la Grande Tourne :
Topo Grande tourne
Topographie extraite de la Sainte Baume souterraine Tome 2 avec l'aimable autorisation des auteurs
La Grande Tourne, ou Ponor. Il s’agit de la perte la plus connue du plateau, elle a une taille d’entrée imposante avec un  orifice d’une dizaine de mètres de côté formé par un chaos de bloc effondrés. L’orifice est large mais pas très  profond, pas plus de 7 m. Au point bas de cet effondrement partent plusieurs conduits de très petite taille et impénétrables par l’homme. (Topo) A ce jour, nous ne savons pas encore avec certitude où se dirigent toutes les eaux qui s’engouffrent par les Tournes. De très fortes probabilités laissent penser qu’une partie des eaux se dirige vers la rivière souterraine de la Castelette pour finir par ressortir à l’air libre aux sources de l’Huveaune. D’après une coloration faite par des géologues dans les années 60 rien de concluant,  cela sans doute en raison du terrain, de la taille des conduits et de la possible présence de petites poches d’eau qui piègent en partie les petites quantités d’eaux et de colorant. Cela dit, la relation Tourne / Castelette est vraiment plus que probable.
Vidéo des Tournes en 2009 et 2010
Topographie de la Petite Tourne :
Topo petite Tourne
Topographie extraite de la Sainte Baume souterraine Tome 2 avec l'aimable autorisation des auteurs
La Petite Tourne se trouve dans le lotissement, très proche des habitations et reçoit le surplus des eaux de la Mayre. Elle a un pouvoir absorbant supérieur aux autres Tournes car malgré sont petit orifice d’entrée (3 m par 1 m), les conduits qui suivent sont pénétrables par l’homme sur environ 200 m. La taille des conduits diminue par la suite pour finir de la même taille que ceux de la Grande Tourne.
Comme pour la Grande Tourne la direction que prend l’eau n’est pas bien connue, et un des exutoires possibles est le ruisseau de Peyruis et la résurgence de la Taurelle, et aussi le vallon de la Castelette.
Petite Tourne en charge !!
Entré de la petite tourne en 2003
Les autres Tournes, toutes trois dans la partie centrale du plateau, entourent  la Grande Tourne. Très peu connues, et absolument pas entretenues, elles jouent pourtant un rôle important dans l’absorption des eaux de pluie. Je déplore le recouvrement d’une d’entre elles à l’occasion du remembrement des zones cultivées. Les deux qui restent sont toujours visibles, elles sont presque colmatées par les déchets charriés par la Mayre. (voir photos)
ci-dessous la perte N°2 presque entièrement colmaté !!

DSC01342Perte N°2
DSC01343.JPGCi-dessous l'entrée de la perte N°4
DSC01405.JPGCi-dessous, entrée de la Petite Tourne janvier 2010
Petite tourne hier, ont voie bien les végétaux entrainé
Régulation des crues sur le plateau, jusqu'à maintenant la régulation des fortes pluies hivernales était faite d’une part par les Tournes, qui, si elles sont correctement entretenues, ne pose pas de problème. Et d’autre part, la régulation se faisait par les 3 lacs temporaires du lotissement et les zones humides proche de la Mayre. Toutes ces zones ont été livrées à l’urbanisation par la municipalité. (Voir diaporama)

Les lacs du lotissement, qui sont très importants pour la régulation des crues, ont été partiellement comblés et des maisons ont été construites à côté… (voir carto 1 de 2003 et 2 de 2010) Les caniveaux qui faisaient la liaison entre la Mayre et les lacs ne sont pas entretenus et ne permettent plus à l’eau de s’évacuer normalement vers ces zones tampon.

Carto 1 . 2003

Lac tempo en 2004Carto 2 . 2010 le lac central réduit de moitier !!

Lac tempo en 2010

Les zones humides. Les zones humides qui bordaient le ruisseau de la Mayre ont presque toutes été construites et drainées.

Carte des zones Tampon Le terrain humide où a été construite la maison de retraite ne joue plus sont rôle de zone tampon du bord de Mayre. Plus grave, toute la zone du Pin Vert à été construite et drainée, ce qui amplifie encore la montée des eaux. La presque totalité des bords de la Mayre sont construits ou en passe de l’être. Les eaux de pluies sont toutes canalisées vers la Mayre puis vers les Tournes. 
Tout cela accélère les crues...

 

Questions, Plusieurs questions se posent en fait mais la première est, est-elle vraiment bouchée cette Tourne ?

Non, les Tournes ne sont pas bouchées, certes, l’une d’entre elle à été recouverte de terre mais elle absorbe encore. Par contre, le ruisseau de la Mayre aurait besoin d’un bon débroussaillage et nettoyage complet. De temps en temps chez moi je vide mes gouttières pour qu’elles soient propres avant la saison des pluies. Le Maire à beau jeu de dire que les Tournes sont bouchées alors que depuis 8 ans rien n’a été fait pour entretenir la Mayre. (voir photos ci-dessous)

 


Alors pourquoi vouloir déboucher les Tournes ? Le Maire aurait fait les déclarations suivantes aux nouveaux habitants voulant construire dans les zones concernées : « Ici il n’y a pas de risques d’inondations, et si la Tourne se bouche, je la déboucherai… » M. le Maire à donc pris la responsabilité de laisser construire en zone inondable. Les personnes à qui il a donné permis en zone de remplissage possible de la Tourne lui ont fait confiance. Il à choisi de délivrer les permis sans avoir préalablement débuté les travaux utiles à la sécurité des biens et des personnes. Il habite pourtant au Plan d’Aups depuis longtemps et il  connait très bien la situation, sans oublier qu’il à été sapeur pompier durant environ 20 ans sur le village et il sait donc parfaitement où sont les risques !! Maintenant il déclare qu’il va déboucher la Tourne !!

DSC01351La Mayre janvier 2010

Travaux Pharaoniques  Avant de faire des travaux pharaoniques et tout un tas d’actions qui pourraient être dommageables à notre environnement, il serait peut-être bon de s’interroger. Plutôt que de vouloir déboucher des Tournes M. le Maire devrait  donner l’exemple et entretenir le réseau hydrologique de surface de la commune dont il a la responsabilité. Un bon entretien et le respect des zones humides suffiraient à prévenir les risques d’inondations, pour ne pas revoir ce que nous avons eu fin 2009. Au lieu de cela le Maire buse tous les caniveaux et accélère le drainage ce qui revient à augmenter la rapidité des montées d’eau sur le plateau !!

DSC01348La Mayre janvier 2010

Y-a-t’il un but caché ?  M. le Maire a peut-être autre chose en tête, comme faire disparaître totalement le lac temporaire pour avoir de nouveaux terrains à livrer à l’urbanisation. Ainsi, il pourra continuer à délivrer des permis de construire sur les zones inondables temporaires du plateau… Drôle d’avenir pour une commune « durable »  Les choix qu’il va faire sur le sujet vont être déterminants pour la crédibilité de ses actions pour l’environnement…

La fin du lac temporaire : Vouloir mettre fin à une curiosité naturelle connue par plusieurs générations, et bon nombres de géologues… Vouloir mettre fin à une des particularités de notre commune, faire disparaître sur l’autel de l’urbanisation, du profit et de l’uniformisation une spécificité unique en Provence… Chacun pourra juger les actions du Maire en faveur de la Nature…

 Les solutions envisagées :

Avant toutes actions une sérieuse étude d'impacte s'impose !!

Solutions, les bruits qui courent : La première qui m’est venue aux oreilles est la suivante : dévier la Mayre vers le ruisseau de Peyruis. Facile… Il suffit de faire une conduite artificielle comme cela à été fait pour la station d’épuration (coupe 1).

Coupe 1 :

Coupe solutions 2

Conséquences : Si le ruisseau était totalement dévié vers le Peyruis cela serait sans doute un véritable bouleversement pour l’hydrologie du massif et les formations des tufs des sources de l’Huveaune. Faire disparaître totalement les infiltrations lentes équivaudrait à mettre un frein à l’alimentation en eau d’une partie des réserves de la forêt de hêtres. (Voir Coupe 3 plus bas)

 

Cela aura aussi un impact sur la formation des Tufs du vallon de la Castelette, en effet les tufs se forment par précipitation du calcaire qui se trouve dissous dans les eaux souterraines. Pour que les eaux de pluie deviennent acides et dissolvent le calcaire il leur faut se charger en CO2 (gaz carbonique). L’eau se charge en CO2 durant la période d’infiltration lente ou au contact de l’humus des couches superficielles du sol. Si la phase d’infiltration lente était supprimée, cela supprimerait du même coup une grande partie de son pouvoir corrosif sur le calcaire… (Voir coupe 2 et 3)


Coupe 2, état actuel :

Coupe schématique de la Tourne 2Coupe 2 bis

Zoom Tourne pleine 1

Une autre solution (coupe 3), consisterait à agrandir les conduits souterrains entre les Tournes et la rivière souterraine de Castelette. Cette solution aura les mêmes effets que la précédente : plus d’infiltration lente et une accélération des crues sur Castelette avec des conséquences encore plus grandes sur les tufs du vallon.

Coupe 3 :

Solutions 1

La seule solutions envisageables pour moi : Si les autorités ont en tête la préservation du milieu naturel, la seule solution possible et sérieuse serait d’entretenir chaque année le ruisseau de la Mayre, les lacs, et les zones humides. Les choses ne sont pas encore à un niveau critique mais il faut arrêter dès maintenant de construire partout dans les zones de régulation pluviale…
Vidéo des résurgences du vallon de la Castelette en 2009

Et en 2010


Ci-dessous quelques liens vers des informations sur le sujet :

Site web :  Persée. Le Massif de la Ste Baume : étude Morphologique :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1937_num_46_264_11943

Site web : Préfecture des BdR. Bassin versant de l’huveaune Crue de 1978 :

http://www.bouches-du-rhone.pref.gouv.fr/ddrm/article.php?id_article=12

Site web : Infos climat. La Tourne en 2008 :

http://forums.infoclimat.fr/index.php?showtopic=38077

Site web : Persée. Les Lapiès de basse Provence par Jean Nicod :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1954_num_42_2_1129



Commenter cet article